L’histoire du pruneau d’Agen

7 octobre 2021 0 Par David LEBORGNE

Un peu d’histoire

Faisons un point sur l’origine de ce fruit si connu venu de Chine par la route de la soie.

Dès l’Antiquité les pruniers se sont répandus sur tout le pourtour Méditerranéen, sous l’impulsion des grecs et des romains. La technique de séchage au soleil ou dans des fours à pain est également déjà largement utilisée.

Dès cette époque, soit plusieurs siècles avant Jésus Christ, la prune est connue par les médecins grecs, romains et arabes pour ses valeurs diététiques, nutritionnelles et médicales. Mais aussi pour sa longue conservation pour les besoins alimentaires pendant les mauvaises saisons comme pendant les longs voyages.

C’est en Gaule dans la première province dite Narbonnaise qui s’étendait jusqu’à l’actuel Quercy, portes de l’agenais, que les Romains ont plantés plusieurs variétés de prunes. Ils ont par exemple planté la prune Saint-Antonin (ou prune marine), qui est une petite prune bleue répandue, qui donne un pruneau très noir et de petit calibre.

Au XII -ème siècle, au retour de la III -ème croisade les moines bénédictins de l’Abbaye de Clairac (dans la vallée du Lot) ont l’idée de greffer des pruniers locaux avec de nouveaux plants importés de Syrie. Cela donnera lieu à une nouvelle variété, la prune d’Ente (« enter » en vieux français signifie « greffer »).

Cette nouvelle variété (qui est toujours celle que l’on utilise actuellement), a la peau fine, bleue mauve voire pruine, s’est bien adaptée au climat du Sud-Ouest ainsi qu’aux conditions de séchage. Elle donnera un pruneau de gros calibre aux arômes et saveurs délicates. Nous venons d’assister à la naissance du pruneau d’Agen.

Le port de Garonne permettra à Agen de devenir la première ville d’expédition. Les pruneaux étaient premièrement embarqués sur des « gabarres » (petits bateaux à voile et hallage), puis étaient transportés sur la Garonne jusqu’à Bordeaux ou ils étaient transférés sur des bateaux adaptés à la navigation en mer. Les pruneaux étaient estampillés au port d’origine, donc avec l’appellation « Pruneaux d’Agen ».

Durant l’hiver de 1709, un grand froid a détruit la majorité des pruniers qui ont été replantés plus à l’ouest dans la région du Villeneuvois et de l’Agenais, réputée pour être moins froide. De là naitra la terre d’élection des pruneaux d’Agen.

Le pruneau va connaitre un essor considérable du XVIIème au XIXème siècle pour ses valeurs nutritionnelles. De plus celui-ci a toujours fait partie des ravitaillements marins ce qui lui a permit de faire le tour du monde.

Les marins l’ont mélangé à un appareil à flanc, de là à été créé le Far aux pruneaux breton.